Image1...voilà, c’est fait !

J’ai enroulé le film sur la spire...ça s’est bien passé...j’ai tout mis dans la cuve, ça aussi ça s’est bien passé…

 

Bon, passons au développement à proprement parler.
D’abord, on « rince » la pellicule...une jolie eau bleutée s’échappe de la cuve, signe que la couche anti-halo est enlevée…

 

Maintenant, le révélateur...et là, choix difficile !

Non pas du révélateur, jusqu’à présent je n’en utilise qu’un seul, le Tétenal Ultrafin Plus, qui me donne pour l’instant entière satisfaction avec mes films Ilford HP5+ et FP4…bien que je n’ai pas de point de comparaison...pour l’instant.

Non, le choix se porte sur la durée de développement ! Il n’est pas fait mention de Kodak Tri-X 400 dans le tableau !

Bon, je vais prendre la durée préconisée pour la tri-X Pan, ça ressemble dans le nom, soit 8 minutes à dilution 1+6…

Procédure de développement classique, 10 retournement par minute, puis bain d’arrêt (~30 sec), fixateur (4 minutes) et rinçage à l’eau clair. Enfin, avant ouverture, dernier rinçage avec une goutte de liquide vaisselle pour son effet « agent mouillant », sensé éviter les traces de gouttes…

 

Allez, le moment de vérité, ouverture de la cuve !

Je déroule le film, il a l’air « impressionné », plutôt bon signe...par contre, il m’a pas l’air très « impressionné »...ça me semble un peu sur-ex tout ça !

Bon, je le mets à sécher, on verra bien...

Signature